Le train est un moyen de locomotion utilisé pour assurer le déplacement des voyageurs d’une ville à une autre. Pour ce faire, ce convoi ferroviaire emprunte une voie ferrée et se déplace sur cette dernière à une vitesse incroyable. Cependant, au regard de ses petites roues en fer, vous vous demandez souvent comment le train arrive à se maintenir sur cette voie glissante. Lisez ce document pour en savoir davantage sur le fonctionnement.

Les éléments d’une voie ferrée

Le fait qu’un train parvienne à tenir sur les rails ne relève pas du hasard. Cela s’explique surtout par certains éléments indispensables qui servent à équiper le chemin de fer. Il est principalement question du ballast et des traverses.

Le ballast et son rôle

Le ballast ferroviaire est un ensemble constitué de cailloux ou de graviers entassés sur les voies ferrées à titre de remblai. Il sert à assujettir les traverses et est indispensable pour favoriser la fluidité de la circulation du train sur les rails. En effet, c’est le premier moyen employé dans le cadre de la stabilisation du chemin de fer. Ainsi, son absence ne provoquera qu’un déséquilibre du train. Dès lors, le déplacement de ce dernier, de même que la sécurité des voyageurs à bord seront compromis.

Les cailloux présents sont le plus souvent durs comme du granite afin de pouvoir résister aux chocs vibratoires liés aux passages du train. À cela s’ajoutent d’autres fonctionnalités telles que le ralentissement de la croissance des herbes sauvages susceptibles d’entraver la circulation du train.

Ses avantages

Les avantages de cet assemblage de cailloux se résument à :

  • écouler l’eau des pluies,
  • répartir équitablement le poids de la locomotive sur le sol,
  • une capacité d’adaptation automatique.

Le premier point consiste à absorber les eaux issues de la pluie afin qu’elles ne constituent pas un frein pour une bonne mobilité du train. Le deuxième correspond à la capacité du ballast à abréger l’incidence du poids du véhicule sur le sol et principalement sur le rail. En ce qui concerne le troisième point, le ballast peut s’adapter facilement à tous les chocs.

Ses limites

Bien que fort indispensable, le ballast dispose de certains points faibles dont le principal est son érosion au cours du temps. En plus de cela, les cailloux ont tendance à se déformer tôt ou tard et donc à perdre leur efficacité. Ainsi, il est important de faire régulièrement des suivis afin de déterminer un besoin éventuel de remplacement.

Les traverses

Outre le ballast, il existe également un autre élément capital constituant le chemin ferré, à savoir les traverses. Ces dernières sont des pièces situées en dessous d’une paire de rails. Elles sont disposées de façon proportionnelle et de manière à définir un écart entre deux rails distincts.

Les traverses sont indispensables en ce sens que leur rôle principal consiste à maintenir constant l’angle d’inclinaison des chemins ferreux. Ce sont des files placées sur les rails et dont l’écartement est sujet à une réglementation spécifique.

L’inclinaison la plus reconnue est celle dont la mesure va à une hauteur de 1 435 mm environ. Cependant, il peut arriver de voir d’autres traverses avec une inclinaison égale à 1 m. Cette dernière correspond aux plus vieux moyens de transport ferroviaire.

Les traverses sont des pièces qui se déclinent en béton ou en bois. Les modèles conçus en bois sont moins résistants que ceux en béton. Ces dernières s’appuient généralement sur du ballast ayant une épaisseur d’environ 30 cm.

Comment le train avance-t-il sur les rails ?

Le déplacement du train sur les chemins de fer est favorisé surtout par les deux éléments précédemment cités. En effet, pour assurer une fluidité dans ses mouvements, le train procède à une combinaison des atouts fournis par chacun de ces éléments. Ce qui vient confirmer l’importance de ces derniers (l’assemblage des cailloux et les traverses ferroviaires).

Le train est conçu avec pour support des roues en fer qui sont moins larges. Cela permet au véhicule de transport de se poser convenablement. Ensuite, le caractère glissant des rails (acier poli) et le matériau de construction des roues favorisent son mouvement. Néanmoins, cela ne constitue pas la seule action pour faire déplacer un train d’un point à un autre. En réalité, la locomotive est équipée d’un moteur. Le système de glissement n’est qu’un facilitateur. C’est cette motorisation qui explique concrètement la rapidité du train.

Par ailleurs, chaque composante de la voie ferrée joue une partition dans ce processus. Le train a besoin d’une parfaite stabilité pour circuler librement et aussi éviter tout risque de dérapage. C’est à ce moment qu’intervient le système de remblai qu’est le ballast. Les traverses, quant à elles, assurent le transfert des forces émises par le train sur le ballast. Elles constituent également un atout additionnel pour maintenir fixe l’écartement entre les rails.